Les vins du Médoc – 2è partie

Commence alors une phase d’élevage des vins qui va durer de 16 à 18 mois. Le vin est logé en barriques de chêne. Un échange très doux avec l’air assouplit les tannins et assure un mariage heureux avec les notes boisées du bois. Au cours de l’élevage, les particules en suspension vont se déposer au fond de la barrique. Les sous-tirages consistent à les séparer du vin. Après les derniers sous-tirages, le maître de chai va parfaire la clarification du vin par le collage. Traditionnellement en Médoc, le blanc d’œuf est privilégié. Avec la mise en bouteille vient l’aboutissement du travail. A l’abri de la lumière et des excès de température, le vin peut vieillir. La couleur prendra des notes tuilées, les arômes se sublimeront en bouquet alors que l’acidité et les tannins se patineront vers davantage d’harmonie et de complexité.

Les huit appellations médocaines révèlent chacune les facettes sublimes de leur personnalité unique et comblent tous les souhaits des amateurs de vins. Depuis toujours, les noms de ces appellations, promesse d’un vin d’exception, cheminent aux quatre coins de la planète et laissent dans leur sillage la réputation des vins du Médoc. D’infinis saveurs pour le Médoc, de délicieuses énigmes en Haut-Médoc, de la volupté à Margaux, une intense générosité à Moulis en Médoc, un goût d’éternité pour Listrac, des elixirs d’exception à Saint-Julien, l’excellence et l’harmonie des Pauillac et, enfin, de secrètes et douces alchimies à Saint-Estèphe. Les grands crus classés en 1855, les crus bourgeois, les crus artisans, les autres crus, les vins des caves coopératives. Cette distinction unique permet à l’amateur de vin d’apprécier et de profiter de la diversité exceptionnelle qu’offrent les vins du Médoc.

Parmi ceux-là, le domaine viticole du château d’Arsac,  repris en 1986 par son actuel propriétaire Philippe Raoux, bénéficie d’une excellente notoriété. Il accueille également chaque année l’œuvre d’un artiste contemporain, ce qui lui vaut de posséder aujourd’hui une collection vertigineuse d’objets d’art. Côté dégustation, laissez-vous tenter par le château d’arsac 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *