Escale Gourmande Marais Poitevin

Une escale gourmande dans le Marais Poitevin

Anguilles, grenouilles, cagouilles, trouspinette, farci poitevin, pâté de ragondin… Le Marais poitevin ne se dévore pas seulement avec les yeux. Héritière des traditions maraîchines, cette cuisine locale s’appuie sur un terroir d’une exceptionnelle diversité.
De la mogette du marais mouillé, jusqu’aux coquillages de la baie de l’Aiguillon, en passant par l’incontournable angélique, voici un petit tour d’horizon de ce qui vous attend dans votre assiette lors de votre escale sur les terres et les eaux du Marais poitevin.

La mogette mijote depuis un bon moment dans le marais

Suite à l’importation au XVIe siècle des premiers haricots blancs ramenés d’Amérique du sud par les navigateurs espagnols, les terres humides du Marais poitevin ont rapidement offert le terreau idéal pour la culture de ce délicieux légume sec. Cultivés par au cœur même du marais mouillé (à l’origine par les moines maraîchins) où ils sont fertilisés par les inondations hivernales, ces haricots blancs sont désignés ici sous l’appellation de « mogettes ». Traditionnellement, une partie des récoltes locales est consommée fraiche alors qu’une seconde est séchée sur des tourettes (piquets sur lesquels reposent les pieds de mogettes une fois arrachés) après une opération de battage qui vise à séparer la tige du haricot pour permettre son séchage.
Accompagnement traditionnel du gigot d’agneau ou du jambon cuit vendéen, la mogette fait incontestablement partie intégrante du patrimoine culinaire local.

L’angélique ou l’emblème culinaire du Marais poitevin

Tout à la fois herbe aromatique prisée des grands chefs et plante médicinale aux vertus reconnues, l’angélique est devenue la plante emblématique du Marais poitevin depuis que sa culture et ses transformations ont contribué à faire la renommée du territoire.
Graines, tiges, feuilles et même racines, toute la plante de l’angélique est comestible. Elle est aujourd’hui la plupart du temps transformée pour confectionner de la liqueur, des tiges confites, de la confiture, des bonbons ou de la crème pour fourrer des chocolats.
Cette belle plante locale s’apprécie aussi bien salée, en poivrade sur des tranches de faux-filet de parthenaise grillés ou sur un poisson du marais, que sucrée, en accompagnant des desserts à la pomme ou au chocolat.
Notons également que l’angélique entre dans la composition de nombreux spiritueux célèbres tels que la Suze, le Pernod, la Bénédictine ou encore la Chartreuse.

Au rendez-vous des douces saveurs de la baie de l’Aiguillon 

La partie littorale du Marais poitevin abonde naturellement de mets et saveurs issus de l’océan. Pour faire le plein de plaisirs iodés, direction le quai du port de l’Aiguillon où les nombreuses cabanes de pécheurs et producteurs vous permettront de vous approvisionner en crustacés, coquillages et poissons de première fraicheur et de premier choix.
Enfin, avec pas moins de 40 hectares de parcs ostréicoles répartis entre l’estuaire du Lay et l’estran du Nord de La baie de l’Aiguillon, le territoire du Marais poitevin abrite également l’un des bassins de production d’huitres les plus importants de Vendée.